Nephilim@Armance.net       

Ward Intelligence Corporation

 

 

 

Présentation

 

Fondée au milieu des années 80, la Ward Intelligence Corporation est une société de recherche privée. Elle est spécialisée dans les problèmes relatifs au développement des communautés européennes. Sa création coïncide avec la prise de conscience, dans le milieu du Renseignement, de l'importance des menaces économiques, industrielles et sociologiques. Dans ce climat, Colin Ward prit conscience des changements que devait apporter la construction européenne au niveau des politiques de renseignement. Numéro 2 du Joint Intelligence Committee (organe de coordination du Renseignement britannique), il décida, devant l'immobilisme de son gouvernement, de fonder une structure privée. Il trouva un soutien auprès de Patrick Wellington, l'un des premiers grands spécialistes anglais du lobbying. Ce dernier trouva financements et appuis ; la Ward Intelligence Corporation était née.

Colin Ward recruta des analystes dansi les milieux universitaires d'Europe : des économistes, des sociologues, des spécialistes en agronomie, en génie nucléaire. Étrangement, les réticences anglaises quant à l'Europe continentale ne semblent pas avoir freiné le développement de la WIC. Cependant, c'est véritablement depuis la chute du bloc communiste que la WIC a connu un essor spectaculaire. Les prévisions de ses analystes stupéfièrent les dirigeants politiques européens et ses nombreux avertissements sur les risques de conflits en Europe de l'Est et l'absence de capacités de réaction des Communautés trouvèrent de justes échos. Le début des années 90 vit une nouvelle orientation pour la WIC, elle se chargea d'établir des rapports et des analyses poussées pour le Conseil européen. Elle milita fortement pour donner à l'Union Européenne Occidentale un rôle moteur dans la politique européenne de sécurité commune. La guerre civile en Yougoslavie donnèrent beaucoup de portée à ses affirmations.

Aujourd'hui, bien que toujours très discrète, la WIC a clairement son rôle au côté des instances européennes. D'autant plus qu'aucune coordination en matière de Renseignement n'existe encore réellement. La Ward Intelligence Corporation fonctionne comme une machine à penser (Think Tank). Elle regroupe des spécialistes dans les domaines des mathématiques, de l'économie, du droit et de la politique, de la physique, des sciences sociales, des sciences naturelles et appliquées ainsi que des questions militaires et logistiques. Elle travaille au profit d'organismes publics des pays membres de l'Union Européenne. On ne saurait nier qu'elle a joué un rôle dans l'élaboration du pilier " sécurité et défense " du Traité de Maastricht, de même, la France la consulta sur la construction de satellites militaires européens.

Bien qu'il ait été souvent question de le déplacer à Bruxelles, son siège se trouve à Londres et occupe tout le treizième étage de la tour Canary Wharf. Colin Ward est, aujourd'hui encore, son président. Depuis la disparition de Patrick Wellington, Sir Ward s'est adjoint le soutien de Martin Oldfield, un autre expert en lobbying, juriste et ancien assistant parlementaire, proche de l'actuel gouvernement travailliste.

 

Évidemment, la WIC cache d'autres intérêts. L'œuvre de Sir Ward a largement été " guidée " par des responsables de l'Arcane IV. La construction européenne posait un grave problème aux autorités de l'Empereur : le risque de voir les sociétés secrètes prendre un avantage démesuré grâce à leur parfaite infiltration au sein des rouages communautaires. L'Optimate Carmyn du Bouclier eut alors l'idée d'utiliser Colin Ward pour pouvoir créer un véritable observatoire de l'activité des Arcanes Mineurs au sein des instances européennes. Il se présenta sous l'identité de Patrick Wellington et se fit l'ardent supporter des projets de Colin Ward. Mais la WIC offrait de bien plus vastes opportunités. Elle mettait à disposition de l'Empereur toute une organisation de chercheurs et d'analystes penchés sur la société européenne et son devenir. Un instrument sans pareil qui devait passer sous l'influence du Sceptre. Aujourd'hui, le responsable est l'Optimate Nehemiah qui possède son propre bureau dans les locaux de la WIC sous l'identité de Martin Oldfield. Le siège de la WIC ne sert pas seulement aux études menées par l'Empereur, il dispose du matériel nécessaire pour soutenir les Equites du Sceptre (armurerie, antenne médicale, service technique).

 

 

Derrière le voile

 

Évidemment, la WIC cache d'autres intérêts. L'œuvre de Sir Ward a largement été " guidée " par des responsables de l'Arcane IV. La construction européenne posait un grave problème aux autorités de l'Empereur : le risque de voir les sociétés secrètes prendre un avantage démesuré grâce à leur parfaite infiltration au sein des rouages communautaires. L'Optimate Carmyn du Bouclier eut alors l'idée d'utiliser Colin Ward pour pouvoir créer un véritable observatoire de l'activité des Arcanes Mineurs au sein des instances européennes. Il se présenta sous l'identité de Patrick Wellington et se fit l'ardent supporter des projets de Colin Ward. Mais la WIC offrait de bien plus vastes opportunités. Elle mettait à disposition de l'Empereur toute une organisation de chercheurs et d'analystes penchés sur la société européenne et son devenir. Un instrument sans pareil qui devait passer sous l'influence du Sceptre. Aujourd'hui, le responsable est l'Optimate Nehemiah qui possède son propre bureau dans les locaux de la WIC sous l'identité de Martin Oldfield. Le siège de la WIC ne sert pas seulement aux études menées par l'Empereur, il dispose du matériel nécessaire pour soutenir les Equites du Sceptre (armurerie, antenne médicale, service technique).

 

 

Un pion de la Corporation
Nephilim@Armance.net